Alerte décrets

Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà  un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.

Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Envoyer mot de passe

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Protection du consommateur

Le PQ veut faire la lutte aux «cartels»

Affiché le mercredi 30 mai 2018 (LCP InfoMatin)

Le député péquiste Nicolas Marceau propose la création d’un bureau de la protection du consommateur du Québec qui aurait le mandat de faire la lutte aux pratiques anticoncurrentielles. Le mandat de l’actuel Office de la protection du consommateur y serait greffé.

 

L’idée, c’est de «s'attaquer plus particulièrement aux cartels qui sont présents dans notre économie puis qui ont pour conséquence de faire augmenter les prix que les consommateurs ont à payer», explique le député.

 

«C'est vrai pour l'essence, c'est vrai pour l'épicerie, c'est vrai pour les frais bancaires, c'est vrai pour le transport aérien, c'est vrai pour les télécoms puis c'est vrai dans d'autres secteurs», illustre-t-il.

 

«Évidemment, des travaux devront menés parce que ça va prendre des équipes d'enquêteurs, des équipes de procureurs, mais on ne parle pas de sommes gigantesques, on est à, quelque part, dans la fourchette 10 à 50 (millions $), puis on va peut-être doubler le budget. On fera les travaux précis qui sont nécessaires au moment où on formera le gouvernement.»

 

Bureau de la concurrence?

Concernant le prix de l’essence, par exemple, «c'est au Bureau de la concurrence du Canada de régler cette question-là», a réagi le premier ministre lorsque questionné sur cette proposition par le chef péquiste Jean-François Lisée.

 

Selon Nicolas Marceau, le Bureau de la concurrence du Canada, qui a le mandat de faire la surveillance, «ne le fait que très mollement». Après enquête, «ça mène rarement à des accusations, puis lorsqu'il accuse, ça mène rarement à des condamnations, et lorsqu'il y a condamnation, les peines qui sont imposées, qui sont infligées aux gens qui ont posé des gestes illégaux, elles sont beaucoup moins sévères que ce qu'on observe ailleurs».

 

Pour sa part, la ministre responsable de la Protection des consommateurs, Lise Thériault, soutient que des mécanismes existent déjà pour protéger les consommateurs des fluctuations dont parle le PQ.

 

«En effet, au Québec, est-ce que vous savez qu'il existe une politique en cas d'erreur de prix dans les magasins? Donc, c'est une politique qui est en place qui protège les consommateurs et mon collègue le ministre responsable de l'Énergie, pas plus tard que voilà deux semaines, a répondu abondamment aux questions de mon collègue concernant le travail et le rôle de la Régie de l'énergie. Il sait très bien que la régie a également un rôle à jouer au niveau des prix de l'essence, et la régie, qui est sous l'égide de mon collègue, fait son travail.»

-30-

Demande d'inscription

Inscription

Demande d'information pour abonnement

S'informer sur l'abonnement