Alerte décrets

Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà  un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.

Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Envoyer mot de passe

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Livre blanc sur l’assurance autonomie

«Éminemment politique» et peu «médical», d’après le Collège des médecins

Affiché le mardi 19 novembre 2013 (LCP InfoMatin)

Le livre blanc sur la création d’une assurance autonomie «est un document éminemment politique et financier et relativement peu professionnel et médical» selon le Collège des médecins. Invité à se présenter en commission parlementaire, l’ordre a préféré s’abstenir. Il a tout de même fait parvenir ses commentaires par écrit à la Commission de la santé et des services sociaux qui procède actuellement à des consultations particulières sur le sujet.

 

«Je vais vous dire honnêtement, on était dépassé par l’ampleur de l’expertise que ça nécessitait», a mentionné au Courrier parlementaire© son secrétaire, Yves Robert. «On n’est pas des experts en financement de système et en assurance comme le sont les actuaires».

 

Le Collège juge que le document du ministre de la Santé est trop «général» et que plusieurs informations sont manquantes. «Mais c’est sûr qu’on ne peut pas être contre la vertu d’avoir un tel programme, mais on s’interroge sur la façon dont ça va être appliqué et surtout des messages qui vont être transmis à la population», a précisé M. Robert.

 

Le problème principal du livre blanc, selon lui, est la nature exacte de la couverture. «On a demandé au ministre de la Santé, Réjean Hébert, de préciser non seulement ce qui était couvert, mais surtout ce qui n’était pas couvert et comment le citoyen pouvait se prévaloir d’un élargissement de sa couverture sur une base personnelle. C’est loin d’être clair.»

 

Éviter que l’histoire se répète

Par ailleurs, le Collège des médecins demeure «un peu prudent» concernant les nouveaux programmes de couverture offerts par l’État «et qui s’avèrent moins enthousiasmants que ceux qui avaient été initialement annoncés ». Yves Robert cite en exemple la désinstitutionnalisation en santé mentale du début des années 1960. Elle «devait se traduire par de meilleurs services sur le terrain dans la communauté, ce qui n’a pas été le cas».

 

Même chose pour le virage ambulatoire des années 1990 et la procréation médicalement assistée qui «coûte actuellement une fortune». Le Collège se pose d’ailleurs la question «naïvement : est-ce qui va se passer la même affaire? Si oui, on aimerait mieux le savoir avant!»

-30-

Demande d'inscription

Inscription

Demande d'information pour abonnement

S'informer sur l'abonnement