Alerte décrets

Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà  un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.

Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Envoyer mot de passe

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

P.L. 176 : normes du travail

La ministre Vien est émue aux larmes

Affiché le jeudi 7 juin 2018 (LCP InfoMatin)

La Commission de l'économie et du travail a conclu l'étude détaillée du projet de loi 176 modifiant la Loi sur les normes du travail et d’autres dispositions législatives afin principalement de faciliter la conciliation famille-travail. La ministre Dominique Vien était au bord des larmes au moment de remercier tous les collaborateurs qui ont contribué depuis plusieurs mois à la rédaction du projet de loi. «Peut-être c'est la fin de session, je ne sais pas», a-t-elle dit, pour expliquer cette soudaine montée d'émotion.

 

«On a eu du courage on a eu de l'audace, on a été des gens qui ont démontré que nous avons du coeur», a dit la ministre. Elle a souligné parmi ses bons coups, entre autres, un meilleur encadrement des travailleurs qui font affaire avec les agences de placement, l'interdiction des disparités de traitement, le renforcement de la notion de harcèlement psychologique, les trois semaines de vacances obligatoires et la reconnaissance de la notion de proches aidants.

 

Les porte-paroles de l'opposition ont aussi souligné les avancées contenues dans le projet de loi, mais ont exprimé aussi leurs déceptions. Pour le député Marc Picard de la Coalition avenir Québec, ce sont les clauses de disparité de traitement : «on légalise ce qui est illégal».

 

Guy Leclair du Parti québécois croit que davantage aurait pu être fait pour venir en aide aux proches aidants et relativement à l'enjeu du harcèlement. Enfin, Gabriel Nadeau-Dubois de Québec solidaire voit lui aussi des «manques» comme «deux semaines de vacances sur toute une vie» qu'il voit comme un remède «homéopathique». Il déplore aussi que le droit à la déconnexion n'ait pas été accordé et il déplore l'exclusion des jeunes sportifs des normes du travail.

-30-

Demande d'inscription

Inscription

Demande d'information pour abonnement

S'informer sur l'abonnement